Moto Guzzi méritait certainement mieux que ce DVD de 50 mn qui survole une histoire qui commença en 1921, ce qui représente qu'un peu plus de 5 mn par décénie...  Les 40 premières minutes sont essentiellement consacrées aux compétitions que Guzzi abandonna en 1957, en accord avec les autres marques de motos italiennes dont l'une des plus fameuses de l'époque : Gilera.  Reste donc 10 mn, oui j'ai bien dit 10 mn, pour retracer les presque 50 ans d'histoire du moteur bicylindre emblématique de la marque, période Carcano puis période Tonti (vous savez, celles avec le fameux cadre dont les 2 berceaux qui supportent le moteur se démontent).  Ces 10 dernières minutes sont pour moi les pires, on y parle succintement de la V7 Spécial alors qu'apparait à l'écran la 750 S (fille de la V7 Sport et mère de la Le Mans)...  Cette fin semble décousue, bancale avec une multitude d'omissions sur des choses incontournables.  Je pense avoir compris : ce film a certainement été fait par une société de production vidéo (italienne), spécialisée dans les documentaires "tout sujets", filmé et monté par une équipe de bras cassés totalement étrangers à la marque. Si les principaux protagonistes directs à l'histoire de Guzzi sont tous morts, le minimum aurait peut-être été de demander conseil aux différents clubs Guzzistes d'Italie pour faire quelque chose de plus abouti...  Ce DVD a quand même le mérite d'exister, à 16 € le morceau c'est pas la mer à boire (j'ai pas dit l'amer à boire). Si vous souhaitez un bon DVD sur les hommes et les femmes qui vivent de et pour Guzzi, allez sur le site Vodéo et cherchez "l'Esprit de Mandello" (je l'avais présenté il y a quelques temps : cherchez dans les archives en haut de la colonne de gauche).

DVD_Guzzi

Puisqu'on est dans le support numérique (c'est comme ça qu'on dit ?), un petit commentaire sur le dernier CD qui accompagne toujours la parution du mag "Rock One" : c'est le grand retour de Korn avec un morceau envoutant qui s'incruste au plus profond de la cervelle : de l'ultra puissance contenue qui rappelle les premières compositions du groupe de Neo Metal (leurs chiffres de ventes de disques dans le monde sont impressionantes)...  Malheureusement cette compil présente également beaucoup d'autres groupes franchement vilains mais 2 sortent quand même du lot : "Until the Last" savant mélange de Sum 41 et de Slipknot (RIP le bassiste mort en mai dernier) et "Wasabi" dont le refrain flirte vers Linkin Park mais avec voix féminine.  Mention spéciale pour les français "Evan" : c'est carré et mélodique sans tomber dans la French Pop mièvre...  Devrait plaire aux amateurs de BB Brunes même si Evan fait (un peu) moins musique pour boutonneux(ses).  Rock One c'est 5,90 € le tout, dans les Maisons de la Presse.

Rock_One_67